AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Animaux legendaires!

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Ninja_Breton
Maître des Sortilèges avatar

Nombre de messages : 195
Age : de Fer >_<
Date d'inscription : 29/06/2005

MessageSujet: Animaux legendaires!   Jeu 14 Juil - 20:36

Wahaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!
Je fais appel à votre culture pour me parler des animaux legendaires!!!!! : leurs noms,leurs origines, leurs pouvoirs.... Si vous avez des sites je veux bien! merci happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ninja_Breton
Maître des Sortilèges avatar

Nombre de messages : 195
Age : de Fer >_<
Date d'inscription : 29/06/2005

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Jeu 14 Juil - 21:06

Wahaaaaaaaaaa!
La licorne!
Elle est appelée "monokeros" en grec, "unicornus" en latin et "Re'em" en hébreux. Cet animal fabuleux joue un rôle très important dans la symbolique antique et médiévale. Elle est la plupart du temps représentée sous la forme d'un cerf blanc, avec une crinière de cheval et, sur le front, une corne en spirale. (Ou avec une tête et des pattes de chèvre) C'est sans doute l'historien grec Ctésias (vers 400 av-jc) qui donne naissance au mythe en rapportant l'existence d'un animal sauvage dont la corne possédait des propriétés médicinales. Elle a inspiré des peintres comme Léonard de Vinci, Salvador Dali, des poètes dont Federico Garcia Lorca et aussi de nombreux écrivains. Voltaire a écrit : "C'est le plus bel animal, le plus fier, le plus terrible et le plus doux qui orne la terre".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanita
Maître des Sortilèges avatar

Nombre de messages : 188
Age : 20 ans
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Jeu 14 Juil - 22:56

Le phénix ou phoenix (qui se dit Phoinix en Grec) est un oiseau ressemblant au héron, qui symbolise l'immortalité et la résurrection. Son nom vient du mot grec qui désignait la couleur rouge (couleur du feu) en référence à la légende sur sa mort et sa résurrection dans les flammes. Selon Hérodote il serait d'origine éthiopienne.

Le phénix est présent dans de nombreuses civilisations et symbolise pour chacune d'elle quelque chose :

- pour les égyptiens : Son origine vient de l'oiseau sacré égyptien Benu (dit Bennou, Bennu, Benhu) un héron cendré qui fut le premier être à se poser sur la colline originelle issue du limon. Il incarnait le dieu du soleil à Héliopolis, ses adorateurs racontaient qu'il n'apparaissait que tous les 500 ans.
On rapporte aussi que le phénix se nourrissait exclusivement de rosée et qu'il ramenait des herbes odorantes provenant de lointaines régions pour les poser sur l'autel d'Héliopolis, dans le but de les enflammer pour s'y réduire lui-même en cendres. Il renaissait 3 jours plus tard. Il était associé au cycle quotidien du soleil et au cycle annuel des crues du Nil. De là vient le rapport avec la régénération et la vie.

- pour les romains : Dans l'antiquité on décrivait le phénix avec un plumage doré et multicolore. Pour les romains, il était le symbole de la force vitale et toujours renouvelée de leur empire, c'est pour cette raison qu'on retrouve le phénix sur certaines pièces de monnaie et fresques de l'époque.

- pour l'église chrétienne : il est le symbole de l'immortalité de l'âme et de la résurrection du Christ.

-pour les chinois : il est un oiseau légendaire que l'on nomme "Feng-Huang", comme pour la licorne " Ky-Lin ", le Yin et le Yang se réunissent en lui.

- pour les juifs : Dans les légendes juives il se nomme "Milcham" et l'explication de son immortalité vient de Eve qui après avoir goûté le fruit de l'arbre interdit, réussit aussi à tenter les animaux et à leur faire goûter du fruit aussi. Seul l'oiseau "Milcham" ne céda pas à la tentation, pour cela l'ange de la mort, obéissant à Dieu, lui offrit pour récompense de ne jamais lui faire connaître l'expérience de la mort. Depuis cela, tous les mille ans l'oiseau brûle, il ne reste alors qu'un œuf qui se transforme en poussin et l'oiseau continue à vivre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aqualine d'Aquarius
Guideuse d'étoiles
avatar

Nombre de messages : 1047
Age : 37
Date d'inscription : 06/10/2004

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Jeu 14 Juil - 23:09

oula tout sa sa me fait penser a mon travail de diplome, je l'avait fait sur les légendes et j'ai traité de pas mal d'animaux fatastique, amis malheureusement la version informatique a été perdu dans un formatage et j'ai toujours pas tout retapé c'est qui avait une sacré série de page, par contre je vaisrajouer un truc sur la licorne pour les chinois c'est le seul animal a la fois masculin et féminin, je sais plus les détail comme sa et j'ai pas le dossier sous les yeux c'est ma soeur qui l'as, mais vais le récupéré et je vous dirais tout sa.

_________________
Cité d’argent
Chemin de cristal
Ville de lumière

Aqualine d'Aquarius dernière desendante de myrddin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://concile.forumactif.com/index.forum
Ninja_Breton
Maître des Sortilèges avatar

Nombre de messages : 195
Age : de Fer >_<
Date d'inscription : 29/06/2005

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Jeu 14 Juil - 23:16

Nihaooooooooooooooooooooooooooooooo!
Aqualine> C'est dommage.... snif


Dans la mythologie grecque, Pégase (en grec Πήγασος / Pếgasos, en latin Pegasus) est un cheval ailé.

Selon la plupart des légendes (relatées dans la Théogonie d'Hésiode), il jaillit avec Chrysaor du sang de Méduse quand celle-ci est décapitée par Persée — d'où son autre nom de Medusæus, utilisé par exemple dans Les Métamorphoses d'Ovide. Selon d'autres traditions, Poséidon était le père des deux.

Après sa naissance, Pégase quitte aussitôt la terre pour rejoindre les dieux. Il porte le tonnerre et les éclairs de Zeus. Il est capturé par le héros Bellérophon (ou bien lui est donné par Athéna), qui parvient à le maîtriser et s'en sert ensuite comme monture dans son combat contre la Chimère. Mais quand Bellérophon voulut monter sur le Mont Olympe avec lui, Zeus envoya un taon géant piquer le cheval. Sous le coup de la douleur, Pégase désarçonna Bellérophon qui retomba sur la terre, et le cheval monta seul sur l'Olympe.

Son nom vient du grec πηγή / pêgế, « la source » : Pégase est censé avoir fait jaillir, en frappant de son sabot le mont Hélicon, demeure des Muses, la source Hippocrène, où s'abreuvent les poètes. C'est le symbole de la poésie — d'où l'expression grecque « enfourcher Pégase » pour « avoir de
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tanita
Maître des Sortilèges avatar

Nombre de messages : 188
Age : 20 ans
Date d'inscription : 05/04/2005

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Jeu 14 Juil - 23:23

Le Basilic:

Le mythe du basilic n'a rien à voir avec la plante du même nom, toutefois, il faut signaler que l'on attribue à la plante des propriétés magiques comme la guérison de coups et blessures.
Au Congo Central les feuilles du basilic sont utilisées pour conjurer des mauvais sorts et se protéger des mauvais esprits.
Basilic provient du grec basilicos qui signifie " petit roi ". Mais dans l'antiquité, les écrivains désignaient un petit serpent dont la morsure entraînait une mort immédiate. Dans des textes en vieux français, on trouve le terme de basilicoq.
Mais intéressons-nous au basilic en tant qu'animal fabuleux :

Le basilic est un reptile connu pour avoir la faculté de tuer par un simple regard ou à l'aide de son haleine celui qui l'approche sans l'avoir vu et ne l'a pas regardé le premier.
La légende dit qu'il viendrait au Monde dans l'œuf d'un coq âgé de 7 à 14 ans. Cet œuf parfaitement rond, déposé dans du fumier et couvé par un crapaud ou une grenouille donne naissance à la " bête ". De cette légende découle son apparence puisqu'il est souvent représenté par un coq à queue de dragon ou par un serpent aux ailes de coq.
Cet être fabuleux est l'incarnation même du pouvoir royal qui foudroie ceux qui lui manquent d'égards. Il est aussi la représentation du danger mortel que l'on ne peut éviter à temps et dont seule la protection des anges divins peut préserver.
La légende ajoute qu'il est très difficile de s'emparer du basilic. Le seul moyen pour y parvenir serait de présenter un miroir face à lui de telle sorte que son regard, doué de puissance mortelle, se reflète et se retourne contre lui-même et ainsi il serait tué.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukki
Lune silencieuse
avatar

Nombre de messages : 1478
Date d'inscription : 15/10/2004

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Jeu 14 Juil - 23:31

Au sujet de la licorne, si vous en croisez une, voici une méthode pour l'attraper si le coeur vous en dit clin :
«Voici ce qu'en disait, dans les premières années du XIIIème siècle, le Bestiaire de Pierre de Beauvais, le plus proche du Physiologus original: «Il existe une bête appelée en grec monocéros c'est-à-dire en latin unicornis. Physiologue dit que la nature de la licorne est telle qu'elle est de petite taille et qu'elle ressemble à un chevreau. Elle possède une corne au milieu de la tête, et elle est si féroce qu'aucun homme ne peut s'emparer d'elle, si ce n'est de la manière que je vais vous dire: les chasseursconduisent une jeune fille vierge à l'endroit où demeure la licorne et ils la laissent assise sur un siège, seule dans le bois. Aussitôt que la licorne voit la jeunefille, elle vient s'endormir sur ses genoux. C'est de cette manière que les chasseurs peuvent s'emparer d'elle et la conduire dans les palais des rois.»
Ceci est tiré d'une thèse très complète sur la licorne. Vous pouvez la lire ici : http://faidutti.free.fr/licornes/these/these.html
wub Il y a également de très nombreuses illustrations...
moon

_________________
# Carpe Diem #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tsukki.free.fr
Maybel
Chercheuse de rêves étoilés
avatar

Nombre de messages : 493
Age : 28
Age : 16 ans
Date d'inscription : 11/04/2005

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Ven 15 Juil - 2:20

yep Je trouve ça vraiment bien de lire tout ça
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liosalfar
Floral Fairy
avatar

Nombre de messages : 793
Age : 30
Age : 18 ans
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Sam 24 Sep - 18:09

Bon, bah j'ai épluché mon bouquin sur les animaux fantastiques, et j'ai réussi à vous dénicher tout ça ^^

Les cousins du phénix.

Le phénix d’Arabie.


L’un des nombreux oiseaux associé au Soleil. Il était censé renaître périodiquement de ses cendres.
Créature d’une splendeur inégalée, sa taille dépassait largement celle de l’aigle royal. Il avait la tête dorée, et son plumage irisé semblait un éventail de flammes colorées : écarlate, bleu lavande et or. Cet oiseau était enfin l’unique spécimen de son espèce.
Sa longévité, objet d’innombrables controverses, était estimée à 300, 500, voire 1000 ans. Lorsque sa vie se rapprochait de son terme, le phénix se retirait au sommet d’un palmier du désert d’Arabie, et en une nuit se préparait un bûcher funéraire fait de plantes odoriférantes et d’aromates, dont l’encens, la cannelle et la myrrhe. Et, quand à l’orient paraissaient les premières lueurs de l’aube, le chant du magnifique oiseau hâtait le retour du Soleil dans un redoublement de gloire. Il chantait tandis que l’astre enflammait son nid et consumait son resplendissant plumage.
Ainsi périssait le phénix dans un brasier odorant. Lorsqu’il ne restait plus que cendres et que la fumée embaumée s’était dissipée, le miracle se produisait : des cendres surgissait un nouveau phénix, la mort enfantait la vie, à l’instar du Soleil qui ressuscite chaque jour.

L’oiseau Feng-Huang.

Dans le lointain Orient vivait jadis l’oiseau Feng Huang, que l’on croyait issu du soleil et parfois appelé le phénix chinois. Son plumage chatoyant brillait d’un tel éclat qu’il semblait emprunté aux couleurs du paradis. Son chant, moulé sur 5 notes, constituait une mélodie parfaite. Et, parlant de la grâce de son vol, un lettré déclara qu’elle ajoutait encore à la sérénité des cieux.
Ce merveilleux oiseau était considéré comme l’annonciateur d’une ère de prospérité et de paix, car il apparaissait dans le ciel lorsqu’un grand empereur montait sur le trône de Chine. Son chant cristallin résonnait alors dans les montagnes du pays, même après qu’il eut disparut dans le palais de nuages des dieux.

L’oiseau de feu de Russie.

Beaucoup de légendes russes font apparaître un oiseau de feu, dont parfois les conteurs se révélaient impuissants à décrire toute la splendeur. Ses yeux avaient l’éclat du cristal, et ses ailes celui de la flamme. Une seule de ses plumes suffisait à illuminer la pièce la plus obscure. Il se nourrissait de pommes dorées comme le soleil, et, à l’instar de ce dernier, il pouvait triompher de toutes les terreurs de la nuit.

L’oiseau Simorgh

Parmi les oiseaux de Perse, la palme revient au chatoyant Simorgh, dont les plumes avaient une vertu curative. Une tradition poétique prétend qu’il était le gardien protecteur des familles des héros Perses.

L’oiseau Roc de l’océan Indien.


Selon le voyageur italien Marco Polo, l’oiseau Roc, Rock ou Roch habitait l’île de Madagascar au large de la côte orientale de l’Afrique. C’était une sorte d’aigle gigantesque ayant près de 30 mètres d’envergure, et chaque plume en mesurait une douzaine. Sa force était telle qu’il pouvait porter un éléphant dans ses serres et voler à grande hauteur de façon à le laisser tomber pour qu’il s’écrase sur le sol : il pouvait alors se repaître de sa chair tout à loisir.

Les cousins de la licorne.

L’eale, ou yale.


Dans le Sud de l’Inde vivait une étrange créature, qui semblait être apparentée à la licorne des pays occidentaux. Comme celle de la licorne, sa tête s’ornait d’une barbiche de chèvre, et elle n’avait non pas une, mais deux cornes en spirale. Seulement, ces cornes pouvaient pivoter dans plusieurs directions, ce qui les rendait plus efficaces en cas de lutte. Les Indiens, dit-on, faisaient garder les temples à ces créatures afin de les protéger des mauvais esprits.

Le k’i-lin.

On parle dans la mythologie chinoise d’une parente de la licorne, le k’i-lin (k’i désigne le mâle, et lin, la femelle ). Cette créature avait le corps d’un cerf, doté de sabots de cheval, et portait une corne d’environ 12 pieds (soit 3.5 mètre environ ). La couleur irisée de son pelage rappelait les couleurs de l’arc-en-ciel. Le k’i-lin n’était pas une bête sauvage que l’on chassait : il était comparable en puissance et en sagesse aux dragons, et il n’apparaissait aux mortels qu’en de rares occasions, le plus souvent à la veille d’évènements importants.
Il apparut ainsi à une jeune femme, Yen Chen-tsaï, lui donnant une tablette de jade, sur laquelle était écrit qu’elle aurait un fils, lequel serait un roi sans couronne. Yen donna naissance au sage Confucius.
Le k’i-lin apparaissait aussi dans les tribunaux, afin de tuer le coupable, et délivrer l’innocent.

Le karkadann, ou karg.

Animal unicorne, aux mœurs de loup, vivant sur les hauts plateaux de Perse et de l’Inde. Il était si féroce que les animaux sauvages évitaient soigneusement son territoire. Sa force était telle qu’il attaquait avec succès même les éléphants. Le meurtre de ce terrifiant animal constituait un véritable exploit, digne d’un héros.
La bête possédait 2 caractéristiques communes avec la licorne d’Europe : elle pouvait être domptée en présence d’une jeune fille, et le manche d’un couteau taillé dans sa corne exsudait une humeur et se mettait à vibrer en présence de poison..
Malgré sa sauvagerie naturelle, il devenait doux comme un agneau dès qu’il entendait roucouler une tourterelle. On prétendait qu’il pouvait rester des heures au pied d’un arbre sur les branches duquel caracolait le charmant oiseau, tellement son chant le ravissait. Et si une tourterelle venait à se poser sur sa corne, le karkadann n’osait plus bouger pour ne pas la déranger, il demeurait immobile jusqu’à ce qu’elle prenne son envol.

Le shadbahvar.

Pour tous les animaux de la Perse, une corne unique signalait toujours la présence d’une bête de proie. Le shadbahvar, sorte d’antilope dont la longue corne incurvée portait de courtes ramifications creuses, dissimulait habilement sa férocité. Quand le vent soufflait, sa corne émettait des notes plaintives et mélodieuses comme un son de flûte, si bien que les animaux d’alentour accouraient pleins de ravissement pour écouter et se faisaient promptement massacrer.

Bucéphale.

La légende attribue au puissant destrier d’Alexandre le Grand la corne d’ivoire d’une licorne et la queue ocellée d’émeraude du paon.
Apparenté aux licornes, il n’hésita pourtant pas à s’attaquer à elles : sur les bords de la mer Rouge, alors que l’armée du Macédonien dressait les tentes pour la nuit, un appel retentit dans la nuit tombante. Il s’adressait à Bucéphale, mais il ne répondit pas. Et il ne se montra pas lorsqu’une horde belliqueuse de licornes sauvages se rua en hennissant sur les intrus. La charge des licornes fut stoppée par les hommes, et, les unes après les autres, ces créatures moururent le cœur transpercé par les lances des Grecs.

Les dragons.

Rares étaient les humains qui se souciaient d’en savoir plus sur les dragons et d’apprendre à les éviter, voire à les tuer.
Pourtant, la curiosité est le propre de l’homme, et maints érudits se sont penchés sur ce sujet.
En Occident, on décrivait ces créatures selon leurs caractéristiques physiques, ou par leur habitat. En Chine, par contre, on les classait en fonction de leur raison d’être et de leurs attributions.

La variété des formes classiques.

L’amphiptère.


Serpent ailé et dépourvu de pattes, l’amphiptère hantait les rives du Nil et l’Arabie où il gardait les arbres dont on tirait l’encens, menaçant tous ceux qui tentaient de récolter la précieuse résine.

La Vouivre.


Redoutée en Europe septentrionale, en Grèce et en Ethiopie, pour sa malignité et la puanteur qu’elle dégageait, la vouivre avait un corps aux multiples anneaux supportés sur une paire de pattes d’aigle. Son nom vient du mot saxon “wivere”, qui signifie serpent.

Le dragon héraldique.

Monstre le plus répandu et le plus redoutable de son espèce, le dragon héraldique possédait de puissants crochets, quatre pattes griffues et une crête épineuse courant depuis son nez en éperon jusqu’à sa queue hérissée et pointue.


La guivre.

Dépourvue de pattes et d’ailes, la guivre aurait pu se confondre avec un serpent n’étaient-ce sa puissance et son énorme tête de dragon, dotée de cornes et d’une barbe. Elle vivait dans les forêts et les puits, partout où il y avait de l’eau.

Le dragon serpent.

A mi-chemin entre le dragon ailé et la guivre, le dragon serpent (lindworm) avait un corps de reptile, une seule paire de pattes et ne possédait pas d’ailes. Marco Polo rapporte en avoir vu plusieurs en traversant les steppes de l’Asie Centrale.

La diversité des habitats.

Les hôtes des cavernes.


Partout où il y avait des cavernes, il fallait s’attendre à trouver des dragons, que leur nature de reptile rendait avides de fraîcheur et d’obscurité. De tels antres se révélaient faciles à garder et convenaient à ces monstres solitaires. Les cavernes proches de villes étaient prisées à cause de leur côté pratique…

Les prédateurs des montagnes.
Les crevasses dans les parois rocheuses constituaient des aires inexpugnables pour les dragons ailés, qui aimaient épier leur proie depuis les sommets, fondre sur elle et retourner dans leur repaire pour la dévorer. Parmi les plus redoutables de ces hôtes des montagnes figurait le Tatzlwurm qui crachait le feu et se repaissait de bétail égaré ou d’enfants perdus dans les Alpes Suisses et en Autriche.

Les bêtes aquatiques.


Elément primordial, l’eau convenait aux dragons, eux-même nés à l’aube des temps. Ils résidaient dans les mers, les fleuves et les lacs. La navigation humaine et la faune aquatique leur fournissaient des proies en abondance, et l’onde leur permettait de se dissimuler pour s’approcher des villes et des ports.

Les habitants des marais.


Tout comme les cavernes, les marais constituaient des sortes de paradis pour les dragons. Les Anglais appelaient knuckers ceux qui hantaient les étendues de vase, et les retraites des dragons étaient censées être des abîmes sans fond. Dans ces genres de puits régnait toujours une température agréable, et une légère vapeur s’en dégageait.

Les fonctions cosmiques.

Les gardiens célestes.


Les dragons célestes de Chine protégeaient les cieux et soutenaient les demeures de dieux, les empêchant de s’effondrer. Ils étaient les seuls, tout comme leurs représentations dans les objets d’apparat de l’empereur, à posséder cinq griffes. Les autres n’en avaient que trois.

Les faiseurs de temps.

D’un bleu changeant et poussant leur cri dans l’azur, ces esprits dragons commandaient aux vents, aux nuages et à la pluie. Les Chinois prenaient grand soin de leur rendre un juste tribut, car si ces faiseurs de temps se fâchaient, ils engendraient des désastres.

Les seigneurs des rivières.

Les dragons de la terre déterminaient le cours des rivières dont ils réglaient le débit et contenaient le lit. Tous les fleuves de Chine avaient leur roi-dragon, qui régnaient sur l’élément liquide depuis leur palais, édifié au plus profond des eaux.

Les gardiens de trésor.

Les dragons des mondes souterrains étaient chargés de surveiller les joyaux et les métaux précieux enfouis. Chacun d’eux portait une énorme perle censée multiplier tout ce qu’elle touchait. Cette perle symbolisait le trésor caché, la sagesse.

Les dragons « uniques »

La Tarasque.

Monstre à tête de lion, au corps trapu recouvert d’écailles, que nulle arme ne pouvait percer, et monté sur 6 pattes, la Tarasque crachait du feu, embrasant les champs et les demeures. De sa longue queue, elle faisait déborder le Rhône, et dans les vignobles et les oliveraies, elle dévorait bêtes et gens. Elle fut vaincue par Sainte Marthe.

La Chimère.

Monstre de la mythologie grecque, qui hantait les montagnes de Lycie. Il avait la tête, la crinière et les griffes d’un lion, mais sa taille dépassait largement celle d’un cheval. De l’épaule sortait une tête de chèvre cornue aux longues dents et aux yeux étincelants. L’arrière de cet animal se terminait en forme de dragon, dont la gueule pouvait cracher des flammes, et dissimulait un crochet de serpent meurtrier.
Son antre était cachée par des vapeurs pestilentielles, et seuls les oiseaux parvenaient à lui échapper. Ce dragon fut vaincu par Bellérophon, qui montait le cheval ailé des dieux, Pégase.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liosalfar
Floral Fairy
avatar

Nombre de messages : 793
Age : 30
Age : 18 ans
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Sam 24 Sep - 18:09

Voilà la suite !!!


Autres.
Le Calendrius

De tous les oiseaux de caractère prophétique, le Calendrius au cou de cygne passait pour le plus noble. On l’élevait dans les palais, où il annonçait la mort des suzerains. On prétendait qu’il tournait le dos à un malade qui n’avait plus longtemps à vivre. Par contre, si le patient avait une chance de s’en tirer, l’oiseau absorbait magiquement sa maladie, et s’envolait, de sorte que le mal de l’humain était dispersé dans l’espace sans dommage pour personne.



Le martichoras ( ou manticore ), et le myrmeleo.


La race léonine présentait deux singularités, l’une terrifiante, et l’autre pitoyable. Aux Indes vivait le martichoras, dont le corps était celui d’un lion, et la tête celle d’un homme. Il avait une prédilection pour la chair humaine. Aucun chasseur n’était à l’abri des barbelures qui hérissaient sa queue ou de sa triple rangée de dents.
Par contre, le doux myrmeleo d’Asie avait une grotesque apparence : une tête de lion et le corps d’une gigantesque fourmi. Le système digestif de la fourmi ne pouvait tolérer la viande dont rêvait la tête de lion, et l’infortunée créature mourrait toujours dans les quelques heures qui suivaient sa naissance.

L’agneau végétal.
Des voyageurs qui s’étaient aventurés dans le royaume des Tartares, sur les rivages de la mer Caspienne, affirmaient avoir vu de petites créatures à toison laineuse qui émergeaient des fruits, parvenus à maturité de certains arbres. Prisé pour sa laine chaude, le barometz, ou petit agneau en langue tartare, avait une vie brève et peu enviable. Il restait attaché par son cordon ombilical à sa cosse, et ne pouvait donc se nourrir que de l’herbe avoisinante. Lorsqu’il n’y en avait plus, l’agneau mourait de faim.

Le basilic.


Le plus venimeux des reptiles, originaire des déserts libyens, tirait son nom du mot grec basileus, qui signifie roi, parce qu’il était le plus remarquable de son espèce. Dans sa tête de coq aux brillantes couleurs brûlaient d’énormes yeux dont le regard maléfique donnait la mort. Sa seule haleine répandait la pestilence dans toute la région et causait même, disait-on, la mort des oiseaux qui survolaient l’endroit. Bien qu’il eût un corps de serpent, contrairement à ce dernier, le basilic ne se déplaçait pas en rampant, mais en roulant et déroulant les anneaux de sa queue.

Le catoblépas et le glouton.
Certains animaux fabuleux se distinguaient par leur énorme appétit. En Ethiopie vivait le catoblépas, créature squameuse au corps de buffle, qui, dit-on, rongeait ses propres membres antérieurs, car il était impossible de relever sa lourde tête. D’où son nom, qui, en grec, signifie “regarde vers le bas”. Fort heureusement, d’ailleurs, car le regard de cet animal apathique avait la faculté de tuer, tout comme celui du basilic. Très loin dans le Nord, dans les contrées enneigées de Scandinavie, vivait le féroce glouton, à la tête de chat et au corps de renard, dévoreur de charognes, dont la fourrure mouchetée était très recherchée en chapellerie.

Le péryton.

Ce puissant cerf ailé présente quelques ressemblances avec Pégase. Les auteurs anciens rapportent que cet animal avait une particularité unique : l’ombre qu’il projetait était celle d’un homme. Aussi en déduisait-on que les pérytons étaient les esprits des voyageurs égarés, morts loin de chez eux. A l’époque classique, ces animaux étaient souvent signalés au dessus des îles de la Méditerranée, et près du détroit de Gibraltar. Ils avaient la réputation d’être anthropophage et ils fonçaient en bande sur les marins sans méfiance pour les dévorer. Aucune arme ne pouvait en venir à bout.

Les Harpies.

Divinités funèbres, ces créatures avaient une tête et un torse décharné de femme, avec des ailes et des serres de vautour. Elle dégageaient une odeur pestilentielle, et on les associait invariablement aux calamités qui accablaient les hommes. Comme le suggèrent leurs noms : Ocypète (au vol rapide), Celaenon (obscure) et Aello (bourrasque), elles annonçaient la tempête. Elles semaient partout sur leur passage la ruine et la désolation.

Les griffons.

Les griffons avaient le corps d’un lion, avec des ailes et la tête d’un aigle, ornée de longues oreilles pointues. Les dieux grecs les attelaient parfois à leurs chars. Ils avaient le pouvoir de guérir de la cécité, et leurs énormes serres servaient de gobelets dont la teinte s’assombrissait en présence d’un poison. Quand à leur plumage, plusieurs opinions existaient quand à sa couleur. Certains prétendaient qu’il était uniformément noir à l’exception de la gorge, qui était rouge. D’autres soutiennent que leurs ailes étaient blanches, et les plumes de leur cou, bleues. Selon quelques-uns, ils avaient un plumage doré (emprunté aux trésors dont ils étaient les gardiens), et des ailes irisées de toutes les couleurs du spectre.

Les centaures.

Peuple de la mythologie grecque, au torse d’homme et au corps de cheval, descendants d’un mortel qui avait offensé une déesse. Ixion, roi de Thessalie, avait tenté de séduire la déesse Héra, l’épouse de Zeus. Celui-ci façonna une nuée à l’image de la déesse. Abusé par ce simulacre, Ixion l’aima, et de cette union naquit Centaurus, qui, exilé sur le mont Pélion, s’accoupla avec des juments sauvages, donnant naissance au peuple des centaures. ‘était des êtres rudes et brutaux, qui se nourrissaient de chair crue. Le vin éveillait leurs instincts d’agressivité, et ils avaient souvent l’ivresse sanguinaire. Mais il y avait un centaure supérieur à l’homme et à l’animal. C’était Chiron, instructeur des plus grands héros grecs (Jason, Achille, Hercule… )

Les satyres.

Créatures de la mythologie grecque, à torse humain et pieds de bouc, sans cesse aiguillonnés par le désir amoureux. Le plus célèbre est sans doute Pan, qui résidait dans les collines de Grèce et aimait regarder les bergers et leurs troupeaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tiphereth
Souveraine aux yeux d'Or
avatar

Nombre de messages : 461
Age : d'Or
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Lun 24 Oct - 19:50

Suite pour la licorne ...

La licorne est symbole de pureté et de force. Les miniatures du Moyen-Âge expliquent qu'elle ne peut être attrapée qu'avec l'aide d'une vierge pure. De façon générale, tel qu'on peut le remarquer sur divers tableaux et tapisseries du moyen-âge, la corne de l'animal symbolisait le pouvoir de pénétration du Saint-esprit dans la nature vierge qu'il fécondait (comme Marie l'avait été pour la conception de Jésus). La corne représente donc le phallus qui, une fois uni avec la mère, engendre le fils divin et aussi un phallus qui déposait en Marie la semence sacrée du Père à partir de laquelle se formerait le sauveur.

Elle est rarement le sujet principal d'emblème, mais elle est souvent représentée avec le lion pour porter les armoiries. Comme par exemple sur les armes de la Grande-Bretagne où le lion figure l'Angleterre et la licorne, l'Écosse.
Son unique corne fait office d'antidote. Sous forme de poudre, elle facilite la guérison des blessures.
Des cornes de licornes étaient exposées chez les apothicaires, mais il s'agissait de défenses de narval.
Cette excroissance blanche, longue, droite et effilée pouvait atteindre 7 pieds 1/2 (soit 2,43 m).
Sa corne lui permet de purifier les eaux et de neutraliser les poissons.
Au Moyen-Âge certains aventuriers chassaient des licornes afin de leur dérober leurs cornes.[/u]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://20six.fr/nenya/
fabiodu54
Roi des Songes
avatar

Nombre de messages : 74
Age : 27
Age : 15 ans (16 le 23 Avril)
Date d'inscription : 18/09/2005

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Mar 1 Nov - 15:11

LES SIRENES



" Il vous faudra d'abord passer près des sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leurs chants ! Jamais en son logis, sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les sirènes le charment, et le pré, leur séjour est bordé d'un rivage tout blanchi d'ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent. ". Homère

La première trace écrite de ces créatures des mers se trouve dans l'odyssée du poète grec Homère, dans l'épopée mythique d'Ulysse, il y a près de 3000 ans. Il n'en fait pas de description physique. Mais d'où lui vint cette idée de parler de sirènes, est-ce en entendant des récits de marins phéniciens, des contes orientaux ou de sa propre imagination. Il décrit dans cet ouvrage la seule arme que possèdent les sirènes et qui est leur voix.

Où résident-elles ?
Tous les liens mentionnés par Homère existent dans la réalité et peuvent être identifiés à la lecture de ses œuvres. Ainsi selon l'Odyssée, L'île des sirènes se trouve à l'Ouest, tout près de la terre de Circée. Hésiode qui vécut peu après Homère, désigne ce lieu par un nom : L'Italie. Le géographe Strabon et le poète Virgile suivent ce raisonnement : Scylla et Charybde se trouvant dans le détroit de Messine, ils recherchent Circée et les sirènes plus au nord, le long de la côte tyrrhénienne. Là ils découvrent, juste en face de Sorrente, 3 rochers nus : les Iles des Sirènes. Quoi qu'il en soit, le pré fleuri et le rivage couvert d'ossements sont situés, par la mythologie grecque, dans un lointain Occident, au-delà du soleil couchant, près du séjour des morts. Les sirènes vivent au bord de la mer qui, de tout temps, fut le symbole des enfers. Leurs chants résonnent comme une mélodie de l'au-delà, irrésistible mais fatal.


Ulysse ne fut pas le seul à avoir survécu à la rencontre des sirènes.
Les argonautes y ont été confrontés à leur tour pendant leur quête de la Toison d'or. Ils ont réussi à triompher grâce à Orphée : la délicieuse musique de sa cithare couvrit leurs voix et retint l'équipage.
De chagrin les sirènes se jetèrent à la mer.

Ube généalogie
Sophocle, poète tragique, désigne les sirènes comme les filles de Phorkys, au même titre que les Gorgones. Apollonios voit dans l'Achéloos, le dieu fleuve, leur père et dans la muse Terpsichore, leur mère. On raconte également que les sirènes naquirent du sang qui jaillit sur le sol lorsqu' Achéloos perdit une corne au cours du combat qu'il livra contre Héraclès.
Au fur et a mesure que s'enrichit la légende, s'estompent les traits démoniaques des sirènes. Elles deviennent les compagnes de Perséphone, fille de Zeus et de Démeter. Mais comme elles ne peuvent empêcher Hadès de l'enlever pour l'emmener aux Enfers, Déméter furieuse, les punit en les transformant en femmes oiseaux. Par contre chez le poète Ovide, ce sont les sirènes elles-mêmes qui réclament des ailes pour partir à la recherche de Perséphone. Il ne reste donc plus grand-chose des monstres aux allures de vampires mentionnés dans l'Odyssée. Leur nom devient un lieu commun lié à l'envoûtement provoqué par la musique et la poésie.

Une queue de poisson ondoyante
" Les sirènes sont des filles de la mer qui séduisent les marins avec leurs jolis corps et leurs douces voix. De la tête au nombril, leur corps est celui d'une vierge et ressemble beaucoup à un être humain mais elles ont une queue de poisson couverte d'écailles grâce à laquelle elles se dissimulent dans les flots ". Aldhelm de Malmesbury (636 - 707).

Nous savons déjà, depuis l'Odyssée, que les sirènes vivent près de la mer et que leur magie réside dans leur chant et non dans leur corps. Leur forme n'a que peu d'importance. Ceux qui en font néanmoins mention parlent de femmes avec des attributs d'oiseaux. Longtemps cette image est demeurée intangible.
Vers le VIIIe siècle, un ouvrage sur les monstres, attribué au moine anglais Aldhelm de Malmesbury, en propose une nouvelle version. Une tête humaine avec une queue de poisson n'est pas un phénomène nouveau. Les Babyloniens connaissaient déjà des dieux dont le haut du corps était celui d'un homme et le bas, celui d'un poisson. Le moine affirme de plus, qu'elles séduisent les marins par la beauté de leur corps, mettant pour la première fois l'accent sur l'aspect visuel de la séduction. Elles n'envoûtent pas que par leur chant, elles sont aussi de jolies femmes.

Les disgracieux lamantins
" Les sirènes ne sont des monstres fabuleux que pour Homère, qui, en définitive, n'était pas un reporter très sérieux. Ce sont tout simplement des lamantins. Cela ressemble à des phoques qui auraient une figure de femme diabolique. On les voit souvent dressés, la moitié du corps hors de l'eau. Quelques uns portent leur petit dans l'avant nageoire et ils rient ! On en débite au marché de Cayenne, c'est très bon à manger, ça ressemble à du veau ! ". Albert Londres, 1923.



Un lamantin A L'automne 1923 cet article est un véritable raz-de-marée. La légende des séduisantes femmes qui chantent serait ainsi démystifiée par de banales observations sur des mammifères marins. Mais cela n'est pas aussi extravagant qu'il y parait.
Il suffit d'admettre que le corps du lamantin ressemble à celui d'une femme, qu'ils aient des cheveux verts qui ondoient sur leurs épaules et que, debout dans l'eau peu profonde, les mères tiennent leur petit entre leurs nageoires. Il est aisé d'imaginer la détresse du marin, qui, épuisé par des semaines de navigation et victime d'hallucinations, voit, près du rivage, des femmes nues jusqu'à la taille qui rient en le regardant. Il crie et appelle, montrant du doigt le miracle à ses compagnons. Le timonier voit, lui aussi, l'apparition. Sans réfléchir il change de cap. La suite est connue, les "femmes" s'enfoncent dans les flots. En signe d'adieu, elles font ondoyer de manière provocante leur queue de poisson à la surface de l'eau et ... le bateau s'échoue sur des hauts fonds. Une hypothèse plausible, du moins si la description des siréniens faite par Albert Londres correspond a la réalité.


Que sont les siréniens ?
Les siréniens sont des animaux tout à fait charmant : lourds, placides et pacifiques. Ils ressemblent à des otaries ou à des morses, mais n'ont sur un plan strictement zoologique, aucun rapport avec ces derniers. Mammifères, ils s'apparentent plutôt à l'éléphant. On les retrouve dans les eaux côtières et dans les embouchures de fleuves où ils se nourrissent grâce à l'abondante végétation sous marine. Sur le plan scientifique, l'ordre des siréniens est divisé en deux familles : les lamantins et les dugongs, entre lesquels il n'existe pas de différences fondamentales. Cette espèce a quitté la terre ferme il y a des millions d'années et s'est adaptée à la vie aquatique. Ainsi ont-ils perdu leurs membres postérieurs et développé une large queue horizontale et une ossature lourde et massive qui les maintient sous l'eau. Leurs membres antérieurs se sont transformés en de courtes nageoires qui, à la hauteur du poignet, sont fort mobiles ? Ils se déplacent de manière étonnamment lente. Dans leur milieu naturel, ils n'ont pas d'ennemi. C'est d'ailleurs pour cela qu'il est si facile de les approcher. La confusion entre les lamantins et les sirènes est sans doute due à leur forme : une tête vaguement humaine, des nageoires pareilles à de petits bras, des mamelles et une queue de poisson plate. Cependant on ne peut en conclure définitivement que les lamantins soient à l'origine du mythe des sirènes.



Dans les contes les plus récents (la petite sirène d'Andersen, Walt Disney) les sirènes sont considérées comme bénéfiques mais ont toujours tendance à s'interesser aux habitants de la terre, les humains.
La sirène d'Andersen est la créature l'ayant rendu célèbre pour sa beauté à l'instar de Aldhelm de Malmesbury, sont histoire finissant tragiqement (la petite sirène se transforme en écume de mer) à été modifier par Disney en un "ils furent heureux pour toujours..." qui charme le monde!
Dans des temps plus anciens les sirènes étaient dites maléfiques: assimilées à des sorcières certaines femmes de grande beauté étaient ainsi jugées surnaturelles car ayant dépassé "les limites de la beauté acceptable" furent brûlées sur le bûché endurant le même châtiment que les femmes accusées de sorcelleries.
Aujourd'hui, les sirènes sont classé dans les créatures légendaires tout comme les licrones et les basilics .
Mais est-ce qu'on peut être sûr que quelque chose n'existe pas du simple faite de n'avoir jamais prouvé leur existance?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soelisha.free.fr
Tiphereth
Souveraine aux yeux d'Or
avatar

Nombre de messages : 461
Age : d'Or
Date d'inscription : 21/07/2005

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Mar 8 Nov - 1:43

Il y a aussi la Loreleï, la sirène du Rhin .....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://20six.fr/nenya/
fabiodu54
Roi des Songes
avatar

Nombre de messages : 74
Age : 27
Age : 15 ans (16 le 23 Avril)
Date d'inscription : 18/09/2005

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Jeu 10 Nov - 20:03

En restant dans le domaine aquatique:

Les Nymphes, Ondines, Sirènes et Néréides sont les divinités de l'Eau. Elles
symbolisent l'élément aquatique qui contient tous les éléments de la vie en
gestation. On parle peu de leurs compléments masculins: les Ondins.

Elles vivent dans le lit des rivières et des fleuves, dans la profondeur des
étangs et dans l'immensité des océans.

Leur apparence sont celles de jeunes femmes d'une très grande beauté,
parfois à la queue de poisson ou de serpent Elles exercent une véritable
fascination sur les hommes. Bon nombre d'entre eux sont tombés sous leurs
charmes ! Leurs occupations principales, outre la protection des eaux,
semblent être l'amour et les plaisirs. Elles sont liées généralement à la
passion, l'amour, l'érotisme et la séduction.

Les Nymphes sont sans conteste les plus belles des Fées. Elles l'emportent
en charme et en volupté sur les femmes terrestres les plus séduisantes mais
elles sont aussi cruelles, possessives et jalouses.

Elles sont souvent associées au mythe d'Aphrodite ou de Vénus dont on sait
qu'elles sont sorties nues du sein des vagues.

Les Nymphes symbolisent la gestation, la naissance et les forces de
l'inconscient.

Mélusine, Esteralla, Selkie, respectivement Reine, Princesse et Dame des
Ondines peuvent projeter en nous des énergies qui nous donneront une
meilleure confiance en nous et nous permettront d'être en pleine forme et de
réaliser des performances.

En priant ces trois Fées dirigeant les Ondines,
nos coeurs s'ouvriront à l'amour et nous auront plus de chance de l'attirer
vers nous.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soelisha.free.fr
fabiodu54
Roi des Songes
avatar

Nombre de messages : 74
Age : 27
Age : 15 ans (16 le 23 Avril)
Date d'inscription : 18/09/2005

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Jeu 10 Nov - 20:25

un animal et une légende que j'admire: les pouvoirs des Maux Egyptiens

Dans une légende le mau égyptien (pas tous les maux) ont un pouvoir particulier.Celon la légende.Ceux qui étaient digne de recevoir le don parmis les femmes pouvaient devenir une genre de femme chat.Cette ou ces femmes connaîtraient la liberté. Ce n'était pas toute les femmes qui avaient cette liberté.
Lorsqu'une femme allait mourir d'un accident par exemple, le mau la testait peu avant pour voir si elle méritait ces pouvoirs, si oui elle serai résucitée, ramenée à la vie sous son apparence originel mais totalement différente!
Cette légende à récement été utilisée par le Cinema à l'accasion du film Catwoman ou cette situation se produisait!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soelisha.free.fr
Glorfindel
P'tit endormi
avatar

Nombre de messages : 8
Date d'inscription : 06/08/2006

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Dim 6 Aoû - 15:35

avec tout ce que vous avez dit ya plus beaucoup de choix!! sad Mais je tente quand même:

-La chimère:c'est un monstre utiliser par l'alchimie pour représenter une vertu de ce que la pierre philosophale aporte spirituellement.

Sinon tout les autres que je connait on été cités
Mais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukki
Lune silencieuse
avatar

Nombre de messages : 1478
Date d'inscription : 15/10/2004

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Dim 6 Aoû - 18:29

Je vous conseille la lecture de ce livre très intéressant : Histoire naturelle du monde surnaturel aux éditions Hors collection qui traite de toutes les créatures légendaires sous la forme de compte rendu d'exploration. Voici la couverture :



Parmi les sujets traités :
Arrow Insectes, mollusques et amphibies
- Insectes géants, Pieuvres et calamars géants, Kraken, le kelpie, la salamandre.
Arrow Reptiles
- Dragons, Vouivres et dragonnets, Serpents de mer, Monstres des lacs.
Arrow Oiseaux
- Phénix, Oiseaux tonnerre, Rock, Simorg, Caladre, Atalante.
Arrow Mammifères
- Pégase, Bonnacon, Leucrote, Chiens noirs, Chupacabras, Licorne, Ki-lin.
Arrow Hybrides
- Basilic, Amphisbène, Couatl, Manticore, Griffon, Capricorne, Chimère, Hippocampe, Catoblépas, Amemait, Singe ailé, Kappa, Baku.
Arrow Hommanimaux
- Harpie, Sirènes, Nymphes, Gorgones, Satyres et faunes, Cynocéphales, Tengu, Sphinx, Lamassou, Minotaure, Centaure, Loup-garou, Lamies et nagas.
Arrow Hominidés
- Elfes, Nymphes, Fées, Nains et gnomes, Lutins, Leprechaun, Brownies, Banshee, Goblins et orcs, Kobolds et frappeurs, Gremlins, Trolls, Géants, Momotaro, Ogres, Hommes-singes, Yeti, Bigfoot, Vampire.

moon

_________________
# Carpe Diem #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tsukki.free.fr
Elf_Of_Moon
Maître des Sortilèges avatar

Nombre de messages : 143
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Animaux legendaires!   Ven 11 Aoû - 17:27

Moi ce livre m'intéresse trop!!!
Je le veux.
Mais je le trouve pas sad sad
Tsukki tu serais pas dans quel magasin on le trouve?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lili Flowers
Rêveur Douceur
avatar

Nombre de messages : 41
Age : 31
Age : 19 ans
Date d'inscription : 16/07/2006

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Sam 12 Aoû - 20:16

fleur merci pour le lien pour charmed car j'aime beaucoup cette série fabiodu54 coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukki
Lune silencieuse
avatar

Nombre de messages : 1478
Date d'inscription : 15/10/2004

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Sam 12 Aoû - 21:18

Je l'ai trouvé chez Virgin à Avignon l'année dernière il me semble clin

moon

_________________
# Carpe Diem #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tsukki.free.fr
yuny
Maître des Sortilèges avatar

Nombre de messages : 306
Age : 25
Date d'inscription : 15/08/2005

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Dim 13 Aoû - 12:37

il est sur amazon mais presque en rupture de stock !!! vite ^__^

http://www.amazon.fr/gp/product/2258055539/ref=sr_11_1/171-3024360-8843410?ie=UTF8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pixelfe.deviantart.com
Tsukki
Lune silencieuse
avatar

Nombre de messages : 1478
Date d'inscription : 15/10/2004

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Lun 14 Aoû - 21:16


_________________
# Carpe Diem #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tsukki.free.fr
Elf_Of_Moon
Maître des Sortilèges avatar

Nombre de messages : 143
Date d'inscription : 26/07/2006

MessageSujet: Animaux legendaires!   Lun 14 Aoû - 22:10

Vu que j'habite asp tout près d'Avignon je vais aller le commander a la Fnac merci beaucoup^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aqualine d'Aquarius
Guideuse d'étoiles
avatar

Nombre de messages : 1047
Age : 37
Date d'inscription : 06/10/2004

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Mar 15 Aoû - 21:32

Tsukki a écrit:


Hominidés
- Elfes, Nymphes, Fées, Nains et gnomes, Lutins, Leprechaun, Brownies, Banshee, Goblins et orcs, Kobolds et frappeurs, Gremlins, Trolls, Géants, Momotaro, Ogres, Hommes-singes, Yeti, Bigfoot, Vampire.

moon
euh y aurait pas une erreure la qu'est se que vienne faire des biscuits au chocolat dans la liste des hominidés, tu peut nous éclairé Tsukki ?

_________________
Cité d’argent
Chemin de cristal
Ville de lumière

Aqualine d'Aquarius dernière desendante de myrddin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://concile.forumactif.com/index.forum
Tsukki
Lune silencieuse
avatar

Nombre de messages : 1478
Date d'inscription : 15/10/2004

MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   Jeu 17 Aoû - 23:59

Oui en effet les brownies sont délicieux!! lol mais ce n'est pas que ça. J'ai scanné la page concernant les brownies (issu du livre dont je vous parle plus haut)




moon

_________________
# Carpe Diem #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tsukki.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Animaux legendaires!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Animaux legendaires!
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*~Forum Mythes & Légendes~* :: LE TEMPLE D'EPHESE :: Mythologies et Légendes-
Sauter vers: