AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Origine des chats et des chiens

Aller en bas 
AuteurMessage
Lunamoon
Rêveuse Lunaire
avatar

Nombre de messages : 1952
Age : 39
Age : 27
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Origine des chats et des chiens   Lun 27 Sep - 20:11

L'origine des CHATS



Des archéologues ont retrouvé des ossements de chats à Jéricho dans un site humain de la période du Néolithique vieux de plus de 9000 ans.
Une squelette de chat daté de 6000 ans avant J.-C., a été déterré en Chypre, pourtant, cette île n'a jamais été habitée par des chats sauvages.

Des images datant de 5000 ans avant J.-C., d'une femme jouant avec des chats, ont été trouvé sur un site archéologique néolithique à Ankara, Turquie.

En Egyte, le chat domestique existait naturellement; on peut supposer qu'il était un animal sauvage dans son pays d'origine, mais cette espèce n'a jamais existé indépendamment de l'homme. Il est issu de l'adaptation du chat sauvage européen venu en Egypte durant l'âge glaciale. Seul les individus adoptés par des humains sont restés. Il s'agissait de chats trouvés lorsqu'ils étaient chatons égarés leur de nid, comme cela arrive souvent lorsque les chatons commencent leurs explorations.

Ainsi leurs descendants s'adaptaient au cours des 7 000 ans entre 9 000 avant J-C et 2 000 avant J-C, époch où, "Naturellement prédisposés à l'apprivoisement, les chats auraient suivi leurs proies, les rongeurs, qui étaient attirés vers les habitations humaines de la vallée du Nil par le développement de l'agriculture et donc du stockage des grains" (Laurence Bobis, auteur de "Le Chat/Histoire et légendes" Fayard).

Ils furent attirés par les habitations humaines parce qu'ils ont senti l'odeur de la nourriture et la chaleur du feu la nuit. Les humains ont apprécié la compagnie des petits félins qui s'approchaient et qui jouaient à la lumière du feu.
Cela s'est passé en Ancienne Egypte, où le chat sauvage africain (felis lybica) a été domestiqué au moins à partir de 2000 ans avant J.-C..
Ces chats sont représentés en détail dans de nombreuses peintures égyptiennes. Ils possédaient un pelage brun roux, tigré, ocellé ou spotted, de grandes oreilles et le corps gracieux et élancé.

Les marins Egyptiens, à partir de 1600 avant J.-C., qui emportaient des chats sur leurs bateaux pour proteger leurs réserves et leur marchandises, ont très tôt donné quelques chatons lors des étapes commerciales en Orient et en Asie.

Les premiers chats domestiques en Europe, arrivèrent par la voie maritime sur les navires phéniciens aux environs de 1600 ans avant J.-C. Les possesseurs européens de chats étaient seulement quelques riches citoyens en Grèce, en Crète et en Italie.

Le chat devint un animal sacré en Egypte à partir de 1567 ans avant J.-C. et il était alors déclaré illégal de sortir un chat d'Egypte. Les Egyptiens voyaient en lui une incarnation de la déesse Bastet. Cette déesse du soleil régnait sur la fertilité, la guérison et les plaisirs de la vie : la tranquillité, la musique, la danse, la solidarité et l'amour. Lorsque les gens désiraient obtenir une faveur de la déesse Bastet, ils apportaient les meilleurs poissons en offrande à ses représentants terrestres, les chats. A la mort d'un chat, son corps était momifié, puis enterré dans des tombeaux pour chats. On a retrouvé des milliers de ces momies. Tuer un chat était un crime grave puni par la mort.

Mais en 30 ans avant J.-C., l'Egypte est devenue une province de l'empire Romain. Les soldats Romains rentrant en Italie en permission, prenaient un chat à offrir à leur famille.
Les oeuvres d'art Italien montre bien que les Italiens aiment beaucoup les chats. Mosaïques, poterie, fresques et littérature, décrivent les chats comme les compagnons de la famille.
En Chine, le chat a été considéré comme animal de compagnie depuis la dynastie des Han, (1000ans avant J.-C.).


Plusieurs fables écrient par Aesop (Esope) en Grèce, concernent des chats. Aesop est mort en 546 ans avant J.-C.


Au Crête, environ 500 ans avant J.-C., une fresque figurant un chat a été créée à Hagia Triado, et nombre de terracottas (terre cuite) en forme de chats ont été trouvé dans de nombreux endroits de cette île.

En l'an 500 avant J.-C. ils sont devenus communs en Chine. Les récits de l'époque montrent qu'ils étaient estimés et choyés en Asie où ils protégeaient les cocons de soie. En tant qu'animal de compagnie, le chat portait chance à son maître.

Il y a des chats domestiques en Inde depuis 200ans avant J.-C.. Quelques chats étaient emmènés de l'Inde en bâteau vers l'Ethiopie. (Puis, beaucoup plus tard, en 1868 quelques spécimens de ces chats, isolés en Ethiopie, furent transportés en Angleterre. En 1896, les "chats d'Ethiopie" furent enregistrés comme une race : l'Abyssin.)

Il est dit que l'enfant Jésus avait été calmé par une chatte qui s'est couchée à son côté. Son ronron et sa chaleureuse présence ont bercé l'enfant qui s'est endormi tranquillement.

Dans la petite ville de Pompei, ensevelie en l'an 79, un des corps déterrés est d'une femme avec le corps d'un chat dans ses bras.

Les chats sont allés vers le nord tandis que l'empire Romain s'étendait.
Le chat est arrivé en France durant le premier siècle, apporté par les Romains.

Les empreintes de pattes de chats sont visibles sur les carrelages Romains à Silchester, en Angleterre. Il est évident que les chats des Romains se sont amusé à marcher sur les carrelages en production et que les Romains les aimaient tant qu'ils n'ont pas rechigné à employer les carrelages ainsi "signés".

Howell the Good, un roi du pays de Galles, au premier siècle, a :cen:çu des lois pour protéger le chat dans son pays.

Le prophète Mahomet (570-632), fondateur de l'Islam, préféra abandonner son manteau plutôt que de réveiller le chat qui dormait dessus.

Les chats parvinrent à l'île de Japon en l'an 1000, cadeau de l'empereur Ichijo de Corée, destinés à protéger les manuscrits. Puis, en 1300, l'empereur de Chine a donné quelques chats à l'empereur japonais. Les chats furent ensuite adoptés et choyés par la noblesse, puis peu à peu, ils devinrent communs dans toute la société comme porteurs de bonheur et de bonne fortune. Ils étaient promenés en harnais et laisses de soie, et ne sortaient pas dehors autrement, tellement ils étaient estimés précieux.

La consanguinité était inévitable vu le petit nombre de chats domestiques se trouvant en chaque lieu. Cela a engendré des mutations génétiques dont les survivants n'avaient qu'une mutation concernant la couleur ou la longueur des poils, la couleur des yeux, la forme de la queue, les oreilles ou du nez. Puis, les hommes sélectionnèrent et ainsi créèrent des particularités locales. Le strabisme ou yeux louchant de certains siamois est un triste témoignage de consanguinité encouragé par les hommes. De même, le premier Manx, chat aux déformations dorsales et sans queue, est apparu sur l'île de Man en 1600, à la suite d'une mutation génétique spontanée au sein de la petite population féline locale. Les premiers chats polydactyles connus, étaient nés sur un bâteau d'émigrants arrivant à Boston vers 1605 en provenance de Cornouille.
Une très récente apparition d'une nouvelle mutation génétique est la nudité de trois chatons trouvés dans une portée né en Ontario en 1978. Un homme a reproduit ce déformation délibérément par élevage incestueux

Le Moyen Age (de l'année 476 à 1453), en Europe, a vue les chats tomber en défaveur lorsque l'église catholique a accusé de sorcellerie les pratiquants des rites païens. Les chats des personnes martyrisées étaient traités avec la même cruauté. Des milliers de femmes innocentes étaient accusées de sorcellerie, noyées ou brûlées vives avec leurs chats. Pourquoi ? Parce que les chats étaient source de bonheur et d'équilibre émotionnel, prouesse dont l'église voulait la monopole.


Le chat a été pratiquement éliminé en Europe au 14e siècle (les 1300s). De ce fait, les grandes épidémies de la peste ont pu tuer le tiers de la population humaine d'Europe. Un édit des autorités ecclésiastiques, permettait la présence des chats dans les couvents de nonnes lors des épidémies de peste alors qu'ils y étaient proscrits en temps normal.
Dans les mémoires du poète Joachim du Bellay (mort en 1560), se trouve des cris du coeur d'un amoureux des chats qui vient de perdre son compagnon.

La dernière épidémie de peste à Londres, est survenue en 1665 à la suite de la dernière destruction massive de chats libres dans cette ville. Les personnes qui ont survécues sont ceux qui avaient pour habitude de laisser les bas des portes ouverts pour accueillir les chats et les protéger à l'intérieur des maisons.

La chasse aux "sorcières" était officiellement abolie durant les années 1790, ville par ville. Alors, plus rien n'empêchait les amoureux de chats de déclarer leur passion. Le chat a repris son statut de compagnon domestique et "éloigneur" de rongeurs. Et il n'y a pas eu d'autre épidémie de peste en Europe depuis.

Le chat a inspiré des peintres, ex. Edouard Manet, Félix Valloton (1865-1925), George Stubbs, Pierre Auguste Renoir (1841-1919), Amédée Daille (1896-1965), des sculpteurs, des écrivains (ex. Colette (1873-1954), Champfleury, Mérimée, Rostand, Vian, Jean Cocteau, Steinlem, Victor Hugo, Gautier, Bathus, Leonor Fini et Baudelaire (né en 1821), et des musiciens (ex. Domenico Scarlatti (1685-1757 qui a composé La Fugue du Chat), Maurice Ravel (1875-1937).

À partir de 1860, des chats ayant certaines caractéristiques particulières selon leur provenance (à cause des consanguinités régionales), devinrent des "races": le Persan venu de Perse (Iran), l'Angora venu d'Ankara en Anatolie (Turquie) durant les années 1630, le Turc de Van venu d'Arménie (Kurdistan), le Bleu russe du port d'Arkhangelsk, le Siamois (dont la particularité est d'être clair sauf sur le tête, la queue, et les pattes) est apparu 200 ans avant J.-C. en Siam (Thaïlande) et a été enregistré comme une race en 1880, le Bobtail de l'île du Japon, et d'autres. Les chats bleus venus des montagnes syriennes durant les croisades du moyen âge, ont été nommés "Chartreux" par les Parisiens au XVème siècle à cause de leur ressemblance à une douce laine (de mouton ou de chèvre) importée d'Espagne sous le nom de "pile de Chartreux". Ce nom leur a été accordé officiellement en 1928.

De nos jours, en France, un ménage sur quatre possède au moins un chat, 10% des maîtres vivent avec trois chats ou plus. En Angleterre, les chats sont, depuis longtemps, revenus à leur statut de porte-bonheur.

On associe toujours les chats noirs à Halloween et aux sorcières dans les histoires pour enfants, mais ils sont des personnages inoffensifs, voire bienveillants.

Tous les chats domestiques (Felis lybica domestica) qu'il s'agisse de chats à poils longs ou courts, avec ou sans pedigree, qu'ils vivent dans une maison ou dans la rue, descendent de cette souche égyptienne. Cet petit félin sauvage Africain possède le même nombre et la même structure de chromosomes que tous les chats domestiques.

Les chats ERRANTS sont les chats domestiques à l'abandon. Ils s'installent instinctivement près des habitations humaines à la recherche de chaleur et de nourriture.

Les chats sauvages européens (Felis sylvestris) sont différents: ils pèsent quatre fois le poids d'un chat domestique et vivent aussi loin des humains que possible, uniquement dans les restes de forêt ancestrale. En France, on le signale dans les régions de Bourgogne, Lorraine, Auvergne, Languedoc, les Pyrénées et le massif forestier de Fontainebleau. Taille comprise entre 100 et 115 cm, pelage gris fauve ponctué de raies noires, gorge blanche, queue épaisse et velue, oreilles rabattues sur les côtés : impossible aux connaisseurs de le confondre avec ses cousins domestiques. Hardi et farouche, il est inapprivoisable, il se nourrit de rongeurs et de passereaux, de levrauts, de faisans et de coqs de bruyère - voire, si l'occasion s'en présente, du faon d'un chevreuil.

( Source)


Dernière édition par le Mar 28 Sep - 16:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lunamoon
Rêveuse Lunaire
avatar

Nombre de messages : 1952
Age : 39
Age : 27
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: Origine des chats et des chiens   Mar 28 Sep - 16:16

L'origine des CHIENS

Avant le chien ......Le loup?

La théorie du chaînon manquant; un chien primitif géniteur de toutes les races n'est pas fondée. Pas plus que l'hypothèse d'une double origine (les chiens des régions froides descendraient du loup et ceux des régions chaudes du chacal doré).
D'après des tests génétiques, le loup est en toute probabilité l'ancêtre du chien.

Il y a environ 30 millions d'années, la première créature présentant quelques similitudes avec le chien est le Cynodictis, une sorte de mangouste avec un long museau. Les plus anciens fossiles de Canidés ont été retrouvés en Amérique du Nord et remontent à cette période.


Tomarctus, un autre carnivore du même genre, s'est développé plus tard.


Puis vint Canis devenu Canis lupus (le loup) voici 300 000 ans. Descendants de ce dernier, les premiers chiens ont fait leur apparition il y a 12 000 ans.


Comment le loup peut-il être à la fois l'ancêtre du chihuahua et du terre-neuve? On peut admettre que, vers 10 millions d'années, les caractéristiques de nos canidés modernes sont déjà établies, comme le montre la découverte de Canis lepophagus, premier représentant du genre Canis. Par le détroit de Béring, il va gagner l'Eurasie, son évolution se poursuivra alors sur le Vieux Continent avec Canis cipio, à l'origine du chacal et du coyote, puis Canis etrucscus, l'ancêtre direct du loup, particulièrement adapté au climat froid.


Mais de laquelle de ces trois espèces sauvages : loup, chacal ou coyote est issu notre Canis familiaris, apparu en association étroite avec l'homme il y a un peu plus de dix milles ans ?
Les spécialistes, vers la fin des années 70, se sont unanimement prononcés en faveur du loup, à la suite de la découverte en Asie de fossiles de chiens s'apparentant à une variété actuelle de loup de petite taille: Canis lupus chanco.

Squelette d'un humain au côté de celui d'un très jeune Canis, découvert dans le nord de la Palestine, et daté d'il y a près de 12 000 ans.

Plaquette du deuxième millénaire avant J.C. qui provient de Mésopotamie. Le chien porte déjà le collier.

Le chien actuel est donc né en Orient. Le loup est apprivoisé par l'homme du paléolithique. La domestication s'est faite par étapes avec l'apprivoisement de louveteaux, et la reproduction d'animaux fidélisés parmi les humains. Le phénomène s'est étalé sur plusieurs milliers d'années et a gagné les cinq continents.

Quelques mots d'histoire...
On attribue généralement aux Romains tout le mérite de l'élevage canin; ils ont systématisé de façon professionnelle ce qui se faisait avant eux avec le plus pur amateurisme. Les chiens les plus représentés par les artistes de cette époque sont les chiens courants et les chiens d'attaque, de différents types et gabarits, tout simplement parce qu'ils répondaient aux besoins de chasse des personnages en vue, les chefs d'État surtout. Mais on connaissait aussi les chiens d'arrêt, et bien sûr, les chiens de guerre. L'un d'entre eux fut même honoré et représenté sur une fresque commémorant la victoire des Athéniens à Marathon en 490 av. J.-C.
Être chien de chasse n'empêchait pas l'intimité avec le maître, comme de nos jours. La chasse terminée, le chien continuait de partager tous les instants de sa vie, comme simple compagnon. Argos, le chien d'Ulysse, n'a-t-il pas été le premier chien dont l'histoire ait retenu le nom?

Fidèle Argos, qu'Ulysse découvre sur le fumier de la cour, rongé de vermine, guettant depuis vingt ans le retour de son maître.

Le chien qui assurait la protection des personnes, des biens et des troupeaux (chien de berger et de garde) faisait partie des scènes de la vie courante, et les bergers, chevriers et bouviers de l'époque n'ont pas jugé approprié de les représenter ni d'en parler abondamment. Leur fonction n'était pas moins importante pour autant. Au début, on prenait un chien polyvalent que l'on dressait pour la garde, contre les ours, les loups et les brigands. Ensuite ont été développées des races plus spécifiques, chiens de Molossie, puissants et farouches, dogues, mâtins représentés à Pompéi, et autres chiens commis à la garde des sanctuaires.

Durant l'Antiquité, on a aussi mis au point des races de chiens de compagnie, comme le chien de Malte, dont le seul rôle était d'être à proximité des gens ou de jouer avec les enfants. Certains d'entre eux étaient gâtés au point d'être obèses; c'étaient déjà des chiens-jouets. On leur offrait "des étoffes et des mets de luxe, du parfum pour les pattes, des cajoleries sans fin[...]". Et l'ethnologue français Jean-Pierre Digard rapporte dans son ouvrage L'homme et les animaux domestiques, ces mots de Jules César à son retour des Gaules:
"Les femmes romaines n'ont-elles donc plus comme autrefois des enfants à nourrir et à porter dans leurs bras? Je ne vois que des chiens et des singes. "

Enfin, les chiens étaient aussi appelés à jouer dans des spectacles, à faire la démonstration de leurs prouesses et des tours qu'ils avaient appris, comme feindre de mourir d'empoisonnement et revenir à la vie à un signal déterminé.

Malgré l'engouement pour le chien domestique, le chien sans maison, errant, remplissait une fonction essentielle, mais jugée repoussante au point de faire prendre au terme «chien» une valeur d'insulte: c'était le chien éboueur, se nourrissant des ordures et des cadavres laissés sans sépulture.
Pour ne pas trop nous arrêter à cet aspect du chien, reprenons à Liliane Bodson cette citation d'un passage que Cicéron a écrit dans Nature des dieux:
«Et chez les chiens: leur loyauté si constante dans la fonction de gardien, leur dévotion si affectueuse envers leurs maîtres, et leur animosité envers les étrangers aussi bien que la prodigieuse finesse de leur flair pour suivre une piste et leur vigoureuse ardeur à la chasse, que signifient ces dispositions? Sinon que les chiens ont été créés pour rendre service à l'humanité. »

Du début du christianisme au Moyen Âge, on associe le chien à la rage, et la rage à la peste. On fait également du chien un partenaire de la magie noire: selon la légende, le diable prend l'aspect du chien noir pour participer aux réunions des sorcières.
C'est Charlemagne qui, au ville siècle, réunit le premier les chiens en meute dans le but de chasser les loups qui ont envahi le royaume. Puis, les seigneurs, prenant de plus en plus plaisir à la compagnie intime des chiens, les laissent entrer dans les églises. Charlemagne l'interdit. Pour marquer leur opposition à ce décret, les seigneurs décident de rester dehors pendant les messes, ce qui oblige les prêtres à garder les portes ouvertes durant les cérémonies et, après celles-ci, à sortir sur le parvis pour bénir seigneurs et chiens. Doit-on y trouver l'origine de la bénédiction des chiens à la Saint-Hubert?

À cette époque, les chiens de compagnie sont toujours présents, miniaturisés, portés dans le giron de ces dames, compagnons de tous les instants, à table comme au lit.
Vers 1727, avec l'invasion massive du rat gris (surmulot ou rat d'égout), le chien ratier prend la place des chats.


Sources
Sources2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Origine des chats et des chiens
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pétition contre l'importation de fourrure de chats et de chiens au canada.
» Vente sur le net de peaux de chats et de chiens
» Joaquin Phoenix contre la fourrure de chats et de chiens
» Il mange des chiens et des chats vivants !
» Aliments végétariens pour chiens et chats

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*~Forum Mythes & Légendes~* :: LE TEMPLE D'EPHESE :: L'Encyclopédie Magique-
Sauter vers: