AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Nouvelles] Sarantoya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sarantoya
Roi des Songes
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 28
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: [Nouvelles] Sarantoya   Mer 15 Mar - 16:19

Voila moi aussi il m'arrive d'écrire des nouvelles donc ca m'ferais plaisir de vous les faire lire pour savoir ce que vous en pensez...

Je vous mets juste le début.

Danse au large

Elle photographe. Lui guitariste. Elle, un peu trop terre-à-terre. Lui, un peu trop dans la Lune. Elle qui n'a que trop connu la solitude. Lui, qui ne connaît même pas le sens de ce mot.
Chloé et Léo n'auraient jamais du se rencontrer. Trop blessés, trop délaissés, trop malmenés par cette chose qui s'appelle la vie et qui détruit tant de gens. Ils se sont croisés de nombreuses fois sans se voir, sans savoir...Faut croire que cette rencontre n'était pas désirée. Chloé et Léo étaient ce qu'on appelle les parfaits opposés. L'une ne croyant qu'en ce qu'elle voyait, l'un devinant tout ce qui était invisible. L'une les pieds coincés dans le béton, l'autre le tête perdue dans les nuages. Mais Chloé et Léo ont fini par se voir, se rencontrer et s'aimer. Ca n'aurait jamais du arriver.
Pourtant Chloé et Léo étaient beaux ensembles. A vrai dire ils n'étaient plus vraiment eux. Ils formaient un tout perdu entre les abysses de l'enfer et l'infini de la voûte céleste. Pour pouvoir les voir il fallait regarder droit devant soi, et fixer l'horizon assez longtemps pour se faire péter les yeux. Ils s'étaient égarés au pied d'un arc-en-ciel de joie après une tempête de désespoir.
Laissez moi vous conter l'histoire de deux pantins aussi vivants que Pinocchio qui ont su briser leurs cordes à coup d'illusions emballées.
Depuis qu'elle est petite Chloé va observer le large pendant des heures. Elle s'asseyait sur le sable de la plage et attendait. Attendait quoi ? Au début elle attendait le retour de son père dont le bateau s'était perdu en mer. Mais au fil des années l'espoir s'est effacé laissant place à une Chloé torturée, blessée jusqu' à l'âme. On a commencé à se demander pourquoi Chloé continuait d'attendre le retour d'un mort. Mais même les questions sont devenues des échos. Maintenant Chloé faisait partie du paysage. Elle venait toujours seule. Seule. Juste elle est son appareil. Elle observe les passants, film leur vie doucement et leur vole un petit bout d'intimité. Seulement aujourd'hui Chloé ne prit qu'une seule photo.
Aujourd'hui, le jour de ses 20 ans ses pieds n'allèrent pas plus loin que cet homme au regard couleur océan. Aujourd'hui Chloé a rencontré Léo.
Chloé ne savait pas où elle allait, ni même ce qu'elle faisait. Mais l'homme qui se tenait face à elle inspirait immédiatement sympathie et confiance. Une description physique ne serait pas nécessaire et une mentale impossible car je crois bien que Léo lui-même ne se connaît pas. En ce matin d'été automnal Chloé se tenait devant celui qui allait changer sa vie, ses rêves, ses envies. Seulement, ça elle ne le savait pas et ne l'a jamais compris.


A suivre ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yuny
Maître des Sortilèges avatar

Nombre de messages : 306
Age : 24
Date d'inscription : 15/08/2005

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Mer 15 Mar - 16:23

ça a l'air sympa ^^ j'aime bien ton style Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pixelfe.deviantart.com
Sarantoya
Roi des Songes
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 28
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Mer 15 Mar - 16:27

Merci beaucoup !!!!! bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lunamoon
Rêveuse Lunaire
avatar

Nombre de messages : 1952
Age : 38
Age : 27
Date d'inscription : 02/09/2004

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Mer 15 Mar - 20:36

C'est très bien écrit clap clap clap

Bravo yep
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tsukki
Lune silencieuse
avatar

Nombre de messages : 1478
Date d'inscription : 15/10/2004

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Mer 15 Mar - 22:07

Oui je suis d'accord, c'est très plaissant à lire!! wub

moon

_________________
# Carpe Diem #
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tsukki.free.fr
Liosalfar
Floral Fairy
avatar

Nombre de messages : 793
Age : 29
Age : 18 ans
Date d'inscription : 25/09/2004

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Jeu 16 Mar - 15:33

C'est très agréable, comme style d'acriture, j'aime beaucoup, et attend impatiemment la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarantoya
Roi des Songes
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 28
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Jeu 16 Mar - 20:06

J' suis contente que ca vous plaise !! Allez j' met la suite !!!

Tout les deux, face à face se regardaient intensément, leurs souffles s'entremêlaient, s'entrelaçaient. En silence ils se dirent tout ce qui été nécessaire lors d'une première rencontre. Ce qui resta ignoré bien trop longtemps c'est que durant ces quelques minutes de silence Léo a entendu le cœur de Chloé pleurer et Chloé a senti l'âme de Léo se déchirer. Puis, comme une fée qui ne veut pas se faire voir, en cachette un désir fou s'est installé entre eux. Sans bruit, ils se parlèrent, se comprirent, s'embrassèrent...
Est-ce vraiment nécessaire de parler ? Parfois, non, le silence peut être tout aussi magique que des mots. Le cri d'une mouette sortir Chloé de son rêve éveillé, ce rêve dans lequel elle avait plongé à corps perdu dès qu'elle avait croisé le regard de Léo. Puis, sans briser ce silence si pur entre eux elle leva son appareil photo devant ses yeux, prit une photo de cet homme dont elle ignorait le nom. Mais après le petit click, après le flash, plus rien. Juste une plage de galet, le doux clapotis de la mer, les rires des enfants...Elle se tenait debout, seule. Léo avait disparu. De sa vue comme de son cœur. Il était parti sans se retourner, s'était envolé dans une rafale de vent...Peut-être était-ce juste un ange tombé du ciel...
Alors Chloé resta là. Sur cette plage à ne regarder non pas la mer mais le ciel comme si elle allait apercevoir le visage de Léo sur un nuage. Mais elle ne vit rien. N'entendit rien. Même pas deux ou trois notes de musique.
Elle passa alors le reste de la journée sans penser une seule fois à Léo. Journée on ne peut plus normale, dans un monde dévasté par les mangeurs de rêves et rempli de pantins décharnés. En rentrant chez elle, Chloé développa ses photos. Comme tous les soirs elle s'assit sur son canapé, une tasse de thé au jasmin à la main et regarda ses clichés. Son attention fut attirée par une photo qui tomba par terre. Une photo d'un bel homme. Une photo d'un guitariste au regard envoûtant. La photo d'un ange. Une photo de lui. Et là elle comprit. Elle savait. C'est comme si Léo avait pénétré dans son cerveau et lui avait chuchoté l'heure et le lieu du rendez-vous. La plage. Tout de suite. Chloé prit à peine le temps de mettre son thé dans une gourde et se précipita à la plage. Elle courut aussi vite que ses jambes le lui permettaient et derrière une dune elle le vit. Exactement au même endroit que ce matin. Assis, en train de jouer de la guitare. Do ré mi fa sol la si do. Les notes de la guitare de Léo s'envolaient dans le ciel pour aller allumer les étoiles et faire briller la lune. Alors tout doucement, sans faire de bruit Chloé s'approcha de cet inconnu. Elle se sentait si légère. Ses pieds ne s'enfonçaient même pas dans le sable et elle n' y laissait aucune trace. Doucement Chloé s'assit à côté de Léo et bu une gorgée de thé. Les notes de musique pénétraient au plus profond de l'âme de Chloé. Il n'y avait qu'eux sur la plage et seul le vent venait les déranger. Chloé buvait tranquillement, Léo jouait passionnément. Ses doigts couraient, dansaient sur les cordes qu'il effleurait avec amour. Quand la mélodie se tut, ils restèrent longtemps silencieux à regarder le large. Parfois Léo écoutait discrètement Chloé boire son thé, il regardait ses lèvres, si belles, si rouges, qu'il avait envie d'embrasser plus qu'autre chose. Après un instant qu'on aurait pu qualifier d'éternité Chloé dessina un cercle dans le sable, juste entre elle et Léo. Puis machinalement Léo y dessina une sorte de croix renversée. Un sourire coquin vint alors chatouiller les lèvres du jeune homme tandis qu'un un peu plus timide apparut sur le visage de Chloé. Dieu qu'ils étaient beaux ensemble. Oubliant complètement où ils étaient, ce qu'ils faisaient et même qui ils étaient ils s'embrassèrent goûtant au plaisir de ses lèvres douces et sucrées de l'autre. Chloé sembla alors trouver toutes les couleurs qui lui manquaient dans son monde en noir et blanc, son univers s'illumina et sa passion devint encore plus forte. Léo lui, avait en lui des envies d'encore, un sentiment planant, comme sur un nuage sculptant son monde...redessinant les courbes du ciel, la forme de ces nuages sous les étoiles...Qui a dit que les mots sont la base de l' amour ? Le silence et tout aussi magique. Il faut juste savoir le respecter et l'apprécier. Chloé et Léo étaient des maîtres en cette matière, mais malheureusement uniquement pour ça. L'amour et tous les sentiments pénibles qui vont avec, ils n' y connaissaient rien.
Ensuite tout alla très vite. Chloé et Léo vécurent un amour parfait à leurs yeux. Un amour avec le moins de parole possibles, un amour que eux seuls comprenaient, un amour les complétant. Léo avait réussit à insuffler plus d'air à Chloé que quiconque d'autre. Léo avait montré à Chloé les rêves les plus beaux, il lui a réinventé un monde à sa façon où personne ne pouvait créer l'immonde, il lui a fais voir les plus belles choses qu'elle ne croyait visibles que dans les rêves. Léo a apportait un univers nouveau où tout était sourire et joie. Un univers où se fondait parfaitement Chloé, elle si pure et si innocente. Mais qu'a apporté Chloé à Léo ? Je crois bien que même au plus profond de sa tristesse Chloé se le demande encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa
Rêveur Douceur
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 13 ans
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Jeu 16 Mar - 22:50

Waaaaaaaaaaaa..... C'est Magnifique...J'ai pas du respirer une seule fois en lisant ce texte...J'adore ! Bravo clap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://net0ile.deviantart.com
Sarantoya
Roi des Songes
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 28
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Jeu 16 Mar - 23:51

Huhu ^^ Merciiii c'est trop gentil !!! bisous
Mais respire quand même ! J' ai pas envie que tu meures !!!! ^^ snif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa
Rêveur Douceur
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 13 ans
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Jeu 16 Mar - 23:58

Meuh nan, ça risque pas, ça m'donne envie e hurler de...quelque chose tes textes tellement y sont beau. Et quand j'ai envie d'hurler, je le fais, donc, j'risque pas d'mourir...
xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://net0ile.deviantart.com
yuny
Maître des Sortilèges avatar

Nombre de messages : 306
Age : 24
Date d'inscription : 15/08/2005

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Ven 17 Mar - 21:06

c'est beau! snif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pixelfe.deviantart.com
Sarantoya
Roi des Songes
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 28
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Sam 18 Mar - 14:13

Bon bah comme ça vous plait je met la fin !!! clin

Elle se demande pourquoi elle n'a rien pu faire pour s'a accrocher à Léo, pour l'aimer comme il le méritait ou même pour le sauver. On ne prend conscience de nos gestes ou de ce qu'on aurait du faire que trop tard.
Oui, Chloé et Léo filaient l'amour parfait qui fait rêver bien des jeunes filles. Seulement un jour Chloé s'est réveillée seule dans le lit. Les draps étaient encore chauds et imprégnés de l'odeur de Léo. Elle passa délicatement la main sur l'oreiller, comme si elle caressait les cheveux de son bien-aimé. Puis elle attendit patiemment son retour. Mais Léo n'est jamais revenue. Au bout de deux jours Chloé trouve une lettre au pied du lit que Léo avait du écrire avant son départ. Elle l'a lu les larmes aux yeux, les mains tremblantes, le souffle court.
« Tu te rappelles la dernière fois que nous nous sommes parlés ? Où plutôt la dernière fois où, comme d' habitude, nous nous sommes retenus de parler. Ce silence que tu disais tant aimer entre nous n'a jamais été, n'est plus et ne sera jamais. Ce n'était qu'une simple illusion parmi tant d'autres. Une illusion qu'aveuglement nous avons nourri pour qu'elle devienne réelle. Mais on ne change pas la nature des choses comme ça. Une illusion est faite pour ne pas être, juste pour faire rêver. Que nous sommes bêtes de ne pas l'avoir compris plus tôt. Puis cette chimère s'est brisée, comme un beau miroir. Maintenant il en reste quelques morceaux éparpillés un peu partout qu'on fait briller quand on les retrouve mais qui ne pourront plus jamais être recollés ensemble. Et si ce silence n'était pas réel ? Nous ne parlions pas, le silence s'en chargeait. Mais si tout ça n'était qu'illusion au fond ? Peut-être que même notre amour était une illusion ? Nos existences aussi...Ca me fait peur de penser de telles choses mais je t'avoue que parfois, j' y crois vraiment. Mais ce temps-là est révolu, tout comme nos maux, les mots eux, n'ont jamais existés. Seront-ils un jour ? Qui sais...Je m'excuse mais je n' y crois pas. Je t'ai sûrement dit des choses qui t'ont blessée, je t'en ai fait dire d'autres qui t'ont faite souffrir. Je suis désolé. Mais après tout, maintenant je peux bien tout t'avouer. Je n'en pouvais plus. Ce silence lourd, pesant ne pouvait plus tenir sur nos épaules. J'avais envie de te faire cracher ces mots prisonniers dans ton cœur quitte à ce que le mien soit détruit, mais je voulais que tu parles. Mais ce temps-là est révolu...Je pense maintenant que tu es prête pour affronter cette vie toute seule. Je t'aimais Chloé. »
Chloé ne pleura pas. Elle ne pleurerait pas ici, dans ce grand appartement froid. De toute façon ses larmes restaient coincée dans sa gorge à cause de la tristesse immense qui s'emparait d'elle. Machinalement elle fit du thé au jasmin qu'elle alla boire sur la plage. Leur plage. Je ne sais pas combien de temps Chloé est restée assise sur les galets à contempler l'horizon. Trop de temps en tout cas. Ce n'était plus un bateau qu'elle attendait, mais un ange, quelqu'un qui ne reviendrais jamais. Le cœur de Chloé n'aurait pas du avoir toutes ces blessures. Pourquoi est-ce la seule qui attend vainement des choses révolues ?
Ici, nous avions tous compris que Léo n'avait jamais existé, il était descendu sur terre pour sauver Chloé, maintenant il est parti ailleurs libérer une autre jeune femme des chaînes qui la retiennent prisonnière. Tout comme Chloé. Ca nous l'avions tous compris sauf elle.
Maintenant encore quand je regarde Chloé mon cœur se serre, elle me fait de la peine. La compassion n'est pas le meilleur des remèdes mains je ne pouvais lui apporter rien d'autre.
Elle est alors restée assise toute sa vie à attendre on ne sait trop quoi, sur cette plage de sable, qui n'avait jamais été fin.

*Fin*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eléa
Rêveur Douceur
avatar

Nombre de messages : 33
Age : 13 ans
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Sam 18 Mar - 20:14

J'ai rien a dire tellement que c'est beau..J'suis fan..réellement fan...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://net0ile.deviantart.com
Sarantoya
Roi des Songes
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 28
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Mar 21 Mar - 23:02

Allez le début d'une nouvelle que j'ai écrite en pensant à ce magnifique homme qu'est Baudelaire !!

Tristesse de la Lune.


Je ne sais plus trop à quand remonte cette habitude, ni à partir de quand je me suis aperçue de sa présence. Trop longtemps en tout cas. Trop longtemps, sans voir prononcé une parole.
Cet homme qui ne doit pas dépasser la quarantaine ça fait une éternité que je l'épie, que je le suis. J'observe le moindre de ses mouvements, la couleur de ses yeux, la longueur de ses sourcils, ses cheveux qui dansent sous le vent...Il m'intrigue comme personne. Toujours rêveur, la tête dans les nuages et les pieds bien au-dessus de toutes les étoiles. Tous les soirs, dès la nuit tombée il sort de chez lui, avec un livre sous le bras. Un livre différent tous les soirs. Un livre vieux, usé, avec les pages cornées. Un livre qui a vécu bien des aventures, qui a fait rire, pleurer, des dizaines de lecteurs.
Sous la lumière artificielle des réverbères il se promène, déambule dans la ville, achète trois quatre fleurs et s'en retourne chez lui.
Je ne sais pas trop pourquoi mais je mettais mis dans la tête que c'était une sorte d'artiste. Un poète, un écrivain...Je ne savais pas trop. Alors je l'avais baptisé Baudelaire, en hommage à ce grand homme.
Baudelaire et ses petites lunettes qui lui donnaient un air intello, Baudelaire et ses trois fleurs dans la nuit, Baudelaire et ses livres mystérieux, Baudelaire et sa maison...Sa maison que j'observais toute la journée et que j'imaginais. Je voyais une petite baraque toute pourrie, avec tous les meubles les plus simples, de vieux tableaux qui orneraient les murs sales et des bouteilles d'absinthe dans le buffet. J'imaginais aussi une immense bibliothèque remplie de tous les plus beaux livres de la terre, de tous les auteurs les plus talentueux. Je voyais un vase cassé et raccommodé n' importe comment sur le rebord de la fenêtre avec trois fleurs fanées le soir et trois fleurs éclatantes au matin.
Baudelaire ma source d'inspiration.
Moi et mon imagination.
Baudelaire et ses vieux livres...
J'aimais suivre cet homme, vivre sa vie en même temps que lui. Je me sentais comme une détective privée qui devait découvrir les moindres détails de sa vie.
Pourtant j'étais triste, énervée comme moi-même. Jamais je n'ai trouvé le courage de lui parler, ni même de l'approcher. Je restais caché dans son ombre, dans les coins sombres des rues de Paris, sous les immenses bouquets de fleurs de tous les fleuristes du coin.
Il avait du me voir au moins une fois. Il n'était pas si bête je pense. C'est comme ça qu'un jour, alors que j'inspecté son jardin sa fenêtre s' est ouverte. Une voix douce et grave, irritée et amusée, enfantine et vieille, a retenti dans mes oreilles.

- Mademoiselle, je vous offre quelque chose à boire ?
.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarantoya
Roi des Songes
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 28
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Dim 26 Mar - 19:47

Et la suite...



Je ne m'étais jamais sentie aussi gênée de ma vie. J'étais là, la bouche ouverte, les bras ballants, les pieds enfoncés dans la terre, le nez rougis à cause du froid.
- Ne prenez pas cet air idiot voyons ! Ca fait longtemps que je vois que vous me suivez partout.
- Euh...Je m'excuse...
- Mais, il n' y a pas de mal. Entrez je vous prie, vous allez attraper la mort là.

J'obéis, j'entrais dans sa maison. Cette maison qui avait hanté mes rêves depuis trop longtemps. Sur le pas de la porte je restais stupéfaite. Des murs sales, des vieux tapis par terre, toutes sortent de tableaux accrochés partout. Comme je l'imaginais. Exactement pareil.
- Est-ce que je pourrais aller aux toilettes s il vous plait ?
- Mais je vous en prie ! Vous connaissez le chemin, me fit-il en me désignant un long couloir sombre du doigt.

Moi ? Connaitre le chemin ? Pas du tout ! Cet homme en plus d'être mystérieux était vraiment bizarre. Et je n'en l'aimais qu'encore plus. Je m'aventurais alors dans ce couloir effrayant. Instinctivement mes pieds me menèrent tout au bout, à gauche. Une poignée en or plaqué, une porte qui grince dès qu'on l'ouvre et une reproduction des tournesols de Van Gogh juste au dessus de ma tête. Ca ne pouvait pas être possible. Comme je l'avais imaginé. Pendant mes moments de solitude ma tête errait encore vers la maison de Baudelaire et j'en imaginais l'intérieur. Je la construisais comme étant la maison parfaite à mes yeux. Et là je me tenais telle une idiote sur le pas de ses chiottes m'apercevant que tout cela était réel. Mes illusions s'étaient matérialisées et je me tenais maintenant dans le seul endroit où j'aurais pu rester pour toujours.
Je retournais dans la cuisine où il m'attendait assis sur une vieille chaise en paille. Il s'était servi un verre de vin chaud et m'avait versé du thé du japon dans une tasse émaillée. Comment savait-il ?
Je ne me posais plus de question. J'avais la sensation qu'on s'était connus dans une vie antérieure ou quelque chose comme ça. Je m'assis en face de lui, sans rien dire. Il ne me posa aucune question, je lui répondais en silence.
Ce fut alors à mon tour de lui en posait, mais il ne répondait jamais ce que tout être humain normalement constitué attendrait comme réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarantoya
Roi des Songes
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 28
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Mer 29 Mar - 23:45

Avant dernier "chapitre"
^^

- J'ai vu que vous aviez beaucoup de livre. Que lisez-vous exactement ?
- Moi ? Je lis le jour, je lis la nuit. Je lis l'obscurité le silence et le néant. Je lis la joie des enfants et la déprime des vieilles personnes. Je lis l'espoir et l oubli. Je lis le ciel, les nuages, les étoiles, la pluie, la neige. Je lis tout ce qui me passe sous les yeux.
- ...
- ...
- Et des poèmes vous en lisez ? Lequel est votre préféré ?
- La vie.
- Pardon ?
- La vie est pour moi le plus beau des poèmes. Chaque être humain écris le sien. Chaque vie est gravée des pas que nous faisais, des larmes que nous versons, des rires que nous laissons éclater. La vie est le poème le plus merveilleux qui existe.
- ...

Sa réponse me laissa sans voix. Je la trouvais en même temps absurde et magnifiquement réfléchie. Au fond peut-être n'avait-il pas totalement tord. La vie est une belle histoire que nous écrivons chaque jour, que nous recommençons chaque nuit.
Après ce jour là nous passions de longs moments assis tout les deux devant la fenêtre, devant ce vieux vase. Mais le vase était toujours vide. Où étaient donc les fleurs qu'il achetait tous les jours ? Je n'osais pas le lui demander. J'aurais encore eu droit à une réponse loufoque et je pense aussi que ça l'aurait blessé...
Il ne parlait presque jamais de lui, ni de ses lectures, ni même des centaines de livres qu'il avait dans sa bibliothèque. Tout ce qu il semblait connaitre était les "abolis bibelots d'inanités sonores" de Mallarmé. Jamais je n'ai connu d'homme plus intriguant que lui.
Puis de jour en jour, de discussion en discussion j'appris qu'il ne savait pas lire, ni même écrire. Jamais il n'avait connu, l'éducation, l'école, l'enseignement...Toutes ces choses qui me semblent tellement tristes, fatigantes...Je me sentais d'un coup si bête, si idiote, si coupable...
Combien d'autres personnes sont dans le cas de Baudelaire ?

- Mais alors, pourquoi avoir tous ces livres ?
- Pour m'enivrer. Certes je ne sais pas lire, mais quel plaisir de voir ces petites choses noires qui forment ce qu'on nomme les mots. Quel plaisir de penser que sur chaque phrase, chaque paragraphe l'auteur a usé de sa sueur, de son talent, de son inspiration. Même si je ne comprends rien à ce qu'il peut me dire j'ai l'impression que ça me rapproche de lui...
- Mais alors, vous ne connaissez rien à toutes ces merveilles ?
- Ces merveilles ?
- Oui ! Les poèmes, les romans,...
- Non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarantoya
Roi des Songes
avatar

Nombre de messages : 68
Age : 28
Date d'inscription : 11/03/2006

MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   Sam 1 Avr - 12:33

et voila la fin...



Je restais muette, que pouvais-je bien faire ? La lecture ? Je ne pense pas que Baudelaire aurait apprécié. Il était dans son monde et c 'est ainsi qu' il vivait, il valait mieux l' y laisser. Nos discussions se sont changées en de rares bribes de conversation, puis en échos, puis plus rien. Juste le silence et la lune qui brillait au-delà de la fenêtre, du vase vide et du jardin délaissé.

- Je peux te demander un service ?
- Oui, bien sûr !
- Peux-tu me réciter un poème ?

Au début je ne savais pas trop quel genre de poème il attendait, ni même ce qu' il pouvait aimer. Mais il y en eu un en particulier qui s' imposa à mon esprit.

Ce soir, la lune rêve avec plus de paresse;
Ainsi qu' une beauté, sur de nombreux coussins,
Qui d' une main distraite et légère caresse
Avant de s'endormir le contour de ses seins,

Sur le dos satiné des molles avalanches,
Mourante, elle se livre aux longues pâmoisons,
Et promène ses yeux sur les visions blanches
Qui montent dans l'azur comme des floraisons.

Quand parfois sur ce globe, en sa langueur oisive,
Elle laisse filer une larme furtive,
Un poète pieux, ennemi du sommeil,

Dans le creux de sa main prend cette larme pâle,
Aux reflets irisés comme un fragment d' opale,
Et la met dans son coeur loin des yeux du soleil.


- Mon Dieu qu' il est beau...De qui est-ce ?
- Charles Baudelaire.
- Oh ! Comme mon surnom.

Je restais interloquée. Jamais au grand jamais je ne l' avais appelé comme ça devant lui. Cet homme savait tout. Que ça soit de son entourage, de la vie ou même de cette gamine qui traînait sans arrêt dans ses pattes...
Il savait tout, sauf le plus important...

Ce jour-là avant de partir de chez lui je me retournai sur le pas de la porte, hésitante. Depuis longtemps une question me brûlait les lèvres et je ne pouvais attendre plus longtemps pour le lui la poser.

- Excusez-moi, mais quel est votre nom ?
Il me regarda avec un sourire plein de malice et ne faillit pas à sa réputation de toujours fournir des réponses inattendues.
- Eh bien...Je pense que tu le sais déjà.

Cette nuit je me suis tournée et retournée dans mon lit. Ressassant tout ce que j' avais dans l' esprit, le renversant, le mélangeant...Pas moyen de trouver son nom. Mais au fond qu' importe ?
Pour moi il restera éternellement le Baudelaire des temps modernes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Nouvelles] Sarantoya   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Nouvelles] Sarantoya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ovni-ufo Nouvelles archives du MOD britannique
» (3e) Recherche nouvelles du XXe siècle "liées" à l'histoire...
» Henri Troyat, "Les Eygletière", des nouvelles "Le carnet vert", "Les mains" et autres.
» Des nouvelles de MATHIS (fermeture du palais le 28/10/09)
» nouvelles 3eme: des idées svp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
*~Forum Mythes & Légendes~* :: LES 3 PYRAMIDES :: Le Papyrus Enchanté-
Sauter vers: